JURA-THAI-DISCOVER and Caves of Thailand

Découverte d'une borne frontière près de la borne au lion.

 

 

 

Lors d'un randonnée du coté du crêt de Chalam en avril dernier, Daniel Bellamy et moi avons eu l'heureuse surprise de découvrir ou redécouvrir une ancienne borne frontière portant les inscriptions "1613"et servant de pierre d'angle aux ruines de Groue.

Pour plus de renseignements, monsieur Gislain Lancel s'occupe des recherches historiques, administratives, et de la conduite à tenir pour d'éventuels sauvegarde de ce patrimoine régional. 

 

    

     ruines de Groue

 

    

     Angle ou se trouve la borne

 

 

      

     Détail de la borne

 

     

     Borne de Ramblan

 

    

     La borne au lion

 

PRESSE:

 

http://www.leprogres.fr/ain/2011/07/20/une-borne-frontiere-retrouvee-apres-quatre-siecles-a-chezery

 

http://www.ledauphine.com/ain/2011/07/19/une-borne-frontiere-datant-de-1613-decouverte-vers-chezery

 

http://www.actucity.com/infos-locales/ain/chezery-champfromier-un-speleologue-a-decouvert-une-borne-frontiere-datant-de-1613.html

 

 

 

 

Historique de la Borne au Lion, tiré su site : http://jeanmichel.guyon.free.fr/monsite/histoire/routes/borneaulion.htm

 

texte de Charles Thevenin ("le progrès" juin 2005)

"Charlemagne avait tenté d'être clair,
"sieut peudet aqua" (comme l'eau coule). Mais les montagnes jurassiennes
n'ont pas toutes la même rigueur géométrique du toit de l'église des Rousses qui, comme chacun sait, envoie l'eau vers l'océan ou la Méditerranée suivant le côté sur lequel tombe la pluie.

Les rapports, toujours empreints d'animosité entre la Libre Comté, "possession" d'Empire ou d'Espagne, et le Pays de gex, la Bresse, terres de France et donc de "Royaume", n'avaient pas facilité une maintenance sereine des confins. Ce fut même longtemps des endroits qu'il fallait mieux éviter. Quelques accords, au début du XIIème siècle, entre les établissements religieux suzerains, Saint-Claude et Nantua, avaient tenté
d'éclaircir des données nébuleuses. Mais les termes descriptifs comportaient des notions que l'évolution linguistique s'empressa d'opacifier. Chacune des deux parties interprétait certaines bribes de phrase à sa manière. ces libres traductions permettaient, toutes les fois, de revendiquer quelques hectomètres supplémentaires.

Pourtant le bons sens finit par triompher. Au mois de février 1612, des plénipotentiaires réunis à Auxonne, mirent au point,
un traité fameux puisqu'il reste encore en vigueur aujourd'hui, ou presque ...
C'est ainsi que par une belle journée de septembre 1613, Jacques Venot,
représentant le Royaume de France et Claude Brun, désigné par les Comtes de Bourgogne, s'avancèrent sur les montagnes qui dominent Chezery la française et les Bouchoux, village comtois.

Assurément ils n'étaient pas seuls. La "corvée" qui les accompagnait était lestée d'un certain nombre de blocs de pierre quadrangulaires ou vaguement pyramidaux. Sur deux faces opposées, les
armes des protagonistes avaient été sculptées. D'un côté on voit le lys de
France, sur l'autre rugit le Lion comtois, "suivant quoy a este plantée à
l'instant, au même lieu une grosse borne de pierre carrée, armoyée des armes de la France du côsté de midi, de celle du Comté de Bourgogne du côsté de septentrion".

Près de quatre cents ans plus tard, certaines
de ces bornes sont toujours en place. La plus célèbre, la Borne au Lion, monte la garde dans un paysage fabuleux, dominé par le Crêt de Chalam. pas très loin, se trouve celle du Berbois et celle du Nerbier. Il y en a encore une dans la combe d'Evuaz, au bord d'une petite route qui regarde le Bief Brun se noyer dans la Sémine.La Borne de Beauregard fut enlevée en 1978
par une main malveillante. Mais l'encombrement du butin et surtout la campagne de presse indignée qui suivit le larcin, contraignit le voleur à la redéposer quasiment sur place. La mieux conservée se trouve aux Cernoises. Il en existe encore une, au sud de Viry, vers la Boissière, à l'entrée du défilé de Rochetaillée.Toutes, en tous cas, poursuivent obstinément leurs carrières administratives. Bien sûr, les ondes belliqueuses qui ont justifié leur mise en place se sont délitées. Il n'y a plus d'animosité entre Empire et Royaume. Mais cette ligne de bornes continue à matérialiser les confins départementaux Jura/Ain. A leurs contacts, on change toujours de provinces, de pays, de cantons."


 

A suivre.....

 

A voir:

 le canyon de la borne au lion que nous avions ouvert Michel Gallice et moi en 1985.

 Mémorial des Maquis du Haut-Jura et de l’Ain à la Borne au Lion

 



23/07/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres